Hypnose et actualités

 

Les profondeurs de l'inconscient sondées dans une étude

 

Source : Stanislas Dehaene « Le code de la conscience »

 

Certains patients souffrent d'une forme particulière de perte de conscience appelée « héminégligence spatiale ». Chez eux, une lésion souvent située dans l'hémisphère droit, aux confins inférieurs du lobe pariétal, empêche l'orientation de l'attention vers la moitié gauche de l'espace. Résultat : ces patients ratent systématiquement la partie gauche de ce qu'ils ont sous les yeux. Un patient se plaignait même qu'on ne le nourrissait pas suffisamment : il mangeait bien la moitié droite de l'assiette, mais ne se rendait pas compte que la moitié gauche était encore pleine.

 

Les patients atteints d'héminégligence ne sont pas aveugles du côté gauche. Bien qu'ils souffrent d'un important problème d'appréhension, leur rétine et leur cortex visuel précoce fonctionne toujours. C'est une lésion plus en aval qui, d'une manière ou d'une autre, les empêche de prêter attention à ces informations et de les percevoir consciemment. Sont-elles pour autant perdues ?

Non : inconsciemment, le cortex continue de traiter les informations négligées. John Marshall et Peter Halligan en ont apporté une élégante démonstration en montrant à un patient deux maisons, dont l'une avait clairement la moitié de gauche en flammes (voir figure). Le patient niait voir la moindre différence – pour lui, les deux maisons étaient rigoureusement identiques. Cependant, lorsqu'on lui demandait de choisir celle dans laquelle il préférait vivre, il évitait systématiquement celle qui était en feu. Son cerveau parvenait donc encore à reconnaître, dans les flammes, un danger à éviter. Quelques années plus tard, l'imagerie cérébrale démontra que, chez ces patients, un stimulus invisible parvient encore à activer les aires du cortex visuel ventral qui se spécialisent pour les maisons et les visages.

Le patient était donc capable de prendre une décision sans expliquer pourquoi.

La conclusion que nous pouvons tirer de cette expérience est : Faites confiance à votre inconscient. C'est un espace compassionné avec vous-même.

 

Hypnothérapeute à caen

 

 

 

Texte de Charlie Chaplin

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de vouloir une vie différente
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive
contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus
dans le fait de forcer une situation ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux,
sachant très bien que ni la personne ni moi-même
ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment…
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire,
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre
et j’ai arrêté de faire de grands plans,
j’ai abandonné les méga-projets du futur.Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime
quand cela me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison,
et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis
trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert … l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé
et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent,
là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.
Et cela s’appelle… la Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon coeur,
elle devient une alliée très précieuse !
Tout ceci, c’est… le Savoir vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.

Du chaos naissent les étoiles.

 

 

 

 

fermer x